RÉSEAU WAAK WORLD, SHOWROOM INTERNET, SHOWROOM PRO, CURIOSCOPE, ANTIQUITES ANTIQUAIRE, EXPERT EXPERTISE, Marchés d'antiquités, Village d'antiquaires, Catalogs, antiquaires, experts, WAAK SPÉCIALITÉS ART ARTS ANTIQUITÉS MÉTIERS D'ART, Art Antiquités, Art

Showroom, Showrooms, pro, internet, art antiquités, arts antiquités, réseau waak world, waak world network, réseau waak, rencontre des Arts et des Antiquités avec Showroom internet, galerie marchande, shopping gallery, marché art antiquités, art arts,
Spécialités, specialties, specialites des arts et antiquités, of arts and antiques, in france and in the world, avec Showroom Pro, pour Showroom internet du Réseau Waak World, avec sa galeire marchande, shopping gallery of Arts and  Antiques, art arts,



L'Œil sur l'Evénement

 LA LEGENDE DES MEUBLES D'ARGENT


L'exposition extraordinaire qui triomphe à actuellement à Versailles clôture en beauté cette année glorieuse pour la résidence royale, qui vit la Galerie des Glaces réhabilitée dans sa splendeur première


 

Lion du Trône de Danemark, Ferdinand Küblich, Copen- hague, 1665-70- Argent partiellement doré, Copenha- gue, château de Rosenborg- © De Danske Kongers Kronologiske Samling



"Il y a des grands miroirs, tables et guéridons d'argent avec leurs flambeaux, et la salle est toute entourée de grandes pièces comme vases, cuves, et chenests d'argent, d'une grandeur prodigieuse comme on en voit… depuis l'escaller jusqu'au second salon au bout de la grande gallerie…"

À l'instar du courtisan de 1687 débouchant à l'entrée des Grands Appartements, le visiteur de 2008 les découvre meublés d'argent, comme au temps du Grand Roi.
L'histoire des meubles d'argent est liée à l'afflux de métal précieux en Europe, consécutive à la découverte du Nouveau Monde. Les premiers apparaissent en Espagne au milieu du XVIe siècle, et. l'infante Anne d'Autriche en apporte en dot quand elle épouse en 1615 le jeune Louis XIII. On trouve dans sa chambre une table et un guéridon en argent massif, et un somptueux balustre estimé 30500 livres.
Ce goût du faste prend avec Louis XIV des proportions qui ont frappé d'étonnement courtisans et visiteurs. Salons et galeries regorgent de lustres d'argent, de girandoles, caisses d'orangers, brancards, balustrades, tables et guéridons d'argent massif, dont les décors sont empruntés, selon la mode du temps, à l'allégorie et à la mythologie.
Le grand ordonnateur de toutes ces merveilles est Charles le Brun, Directeur des Gobelins, qui fournit les dessins et les fait exécuter par les orfèvres de la Manufacture com- me Alexis Loir ou Claude de Villiers ou par des maîtres extérieurs, comme Claude Ballin, Nicolas Delaunay ou René Cousinet.
C'est le nom de Ballin qui revient le plus souvent sous la plume des mémorialistes. Né en 1615 dans une famille d'orfèvre, orfèvre ordinaire du roi, installé dans les galeries du Louvre, il est l'auteur des pièces les plus somptueuses et de la plupart des "grands ouvrages" : vases, bassins, brancards, lustres, tables, chenets. Sa mort en 1678, lui épargne le choc de voir disparaître ses œuvres dans le creuset de la Monnaie.
Dès 1689 en effet, les revers militaires mettent à mal le trésor royal que les 20 tonnes d'argenterie mobilière, sacrifiée sans état d'âme par le souverain, pour un rapport de 2,5M. de livres, (le quart de ce qu'avait coûté le mobilier) ne suffiront pas renflouer. Ces fontes navrèrent les artistes et firent sur l'opinion une impression catastrophique. Le comportement royal était après tout conforme à celui du simple bourgeois dont l'argenterie domestique était une manière d'immobiliser ses économies qu'on convertissait en espèces cas de besoin.



Chenet en argent, d'une paire, par, Christoph Buchert, Kassel, 1654 Copenhague, château de Rosenborg- © De Danske Kongers Kronologiske Samling

Table en argent repoussé sur bois, par Johann Heinrich Mannlich et Johann Bartermann, Augsbourg, 1708-1710, Copenhague, château de Rosenborg,
© De Danske Kongers Kronologiske Samling.

 

La Valeur des Choses - L'Oeil sur l'événement, p01