RÉSEAU WAAK WORLD, SHOWROOM INTERNET, SHOWROOM PRO, CURIOSCOPE, ANTIQUITES ANTIQUAIRE, EXPERT EXPERTISE, Marchés d'antiquités, Village d'antiquaires, Catalogs, antiquaires, experts, WAAK SPÉCIALITÉS ART ARTS ANTIQUITÉS MÉTIERS D'ART, Art Antiquités, Art

Showroom, Showrooms, pro, internet, art antiquités, arts antiquités, réseau waak world, waak world network, réseau waak, rencontre des Arts et des Antiquités avec Showroom internet, galerie marchande, shopping gallery, marché art antiquités, art arts,
Spécialités, specialties, specialites des arts et antiquités, of arts and antiques, in france and in the world, avec Showroom Pro, pour Showroom internet du Réseau Waak World, avec sa galeire marchande, shopping gallery of Arts and  Antiques, art arts,

UN TABLEAU DE L'ECOLE DE REMBRANDT
vendu plus d'un million d'euros

Valeur des choses.com ------------------------------------------------------------------------ Interview

Edito - Evénement - Aux enchères - Interview - Foires et Salons - Rendez-vous

 ^ Accueil/Home

Maître Philippe Royère :

"Les tableaux anciens restent une valeur de connaisseurs,
à l'abri de la spéculation
."

Longtemps considéré comme un Rembrandt ce grand tableau biblique, fleuron d'une prochaine vente de Versailles -Enchères, a été depuis réattribué à un des élèves du maître, Ferdinand Bol, ce qui porte sa valeur entre 400 000 et 600 000€. Telle est l'estimation donnée par Eric Turquin, l'expert de la vente.
Maître Philippe Royère qui la dirige, répond aux questions de
"La Valeur des Choses ".

Ferdinand BOL (Dordrecht 1616 - Amsterdam 1680) : Eliezer et Rebecca au puits, huile sur toile, 185 x 170,5 cm. Estimation: 400.000 à 600.000 euros.


Le plateau d'une table de salon d'époque Transition Louis XV/Louis XVI, décoré d'une scène à l'orientale, marquetée de bois de couleurs et rehauts d'ivoire. Estimée 8000 à 10 000 euros.

Versailles, dimanche 14 juin, 14 juin, 3, Impasse des Chevau- Légers, Versailles Enchères, Mes Perrin, Royère, Lajeunesse.

Depuis quand les amateurs d'art qui suivent les enchères s'intéressent-ils aux ventes de Versailles ?

C'est à partit de 1965 que les ventes dominicales ont donné un essor considérable à notre Hôtel des ventes car c'était là une innovation qui faisait sensation sur le marché de l'art

Est ce que la Loi 2000 a modifié le rythme d'activité de votre étude ?

Cette loi qui a mis fin au monopole des Commissaires-Priseurs n'a pas changé les choses pour nous qui sommes constitués en deux sociétés distinctes, l'une consacrée aux ventes judiciaires, l'autre aux ventes volontaires. Notre chiffre d'affaires global n'en n'a guère été affecté. En revanche, l'évolution générale du marché de l'art a modifié la répartition de nos secteurs d'activité en accordant une place prépondérante aux tableaux modernes et contemporains. Ce qui a changé, ce sont les prix obtenus pour les œuvres récentes. Nous nous sommes spécialisés dans les peintres de l'Ecole de Paris tels que Mathieu, Kisling, Schneider ou Zaou Wou ki . Dans le même temps les antiquités classiques perdaient de leur valeur, ce qui nous a conduits à opérer un recentrage de nos activités. Toutefois, j'observe depuis peu de temps une légère reprise des ventes traditionnelles…

Qu'en est-il des tableaux anciens ?

Ils restent une valeur sûre qui n 'a pas fait l'objet de spéculation .Ils relèvent du domaine des grands connaisseurs. Aussi sommes nous fiers de proposer dans notre prochaine vente plusieurs tableaux anciens de grande qualité provenant d'un château du sud de la Loire et restés dans les mains d'une même famille depuis le le Premier Empire. La toile intitulée " Les Buveurs " qui représente deux personnages truculents par un suiveur de Velasquez, école espagnole du XVII e siècle, est estimée 30.000 à 40.000.€). Un grand portrait du roi Charles II à l'âge de dix ans, dernier représentant des Habsbourg d'Espagne, signé de Juan Carreno de Miranda, élève également de Velasquez est crédité de 60 000/80.000 €. Enfin, le plus beau fleuron de la vente est une superbe composition animée par un clair-obscur plein de poésie, longtemps attribuée à Rembrandt. Des recherches approfondies ont permis d'identifier la main du peintre hollandais Ferdinand Bol (1616 -1680), entré à vingt ans dans l'atelier du maître d'Amsterdam. On attend 400.000 à 600.000.€ de ce tableau biblique évoquant la rencontre près d'un puits de Rebecca et d'un serviteur d'Abraham. Son intérêt vient de la simplicité naturelle des gestes et du jeu des regards complices entre les personnages.Les portraits porteurs d'indications psychologiques sont aujourd'hui particulièrement appréciés.

A cette même vente, des meubles anciens de qualité devraient retenir l'attention des amateurs avant une remontée prévisible de leurs cotes. Une table de salon ovale en marqueterie rehaussée d'ivoire, estampillée A. Couturier, est estimée 8 000 à 10 000€ et une commode sauteuse d'époque Régence pourrait dépasser 50 000€. Egalement d'époque Régence, un grand buffet de présentation en chêne mouluré, est annoncé de 15 000 à 18 000€, et une rare armoire provençale XVIIe à sculptures ajourées devrait s'adjuger entre 12 000 et 15 000€…autant d'estimations de temps de crise…On serait tenté de dire : achetez avant que ça monte !

Interview Jean Bedel