RÉSEAU WAAK WORLD, SHOWROOM INTERNET, SHOWROOM PRO, CURIOSCOPE, ANTIQUITES ANTIQUAIRE, EXPERT EXPERTISE, Marchés d'antiquités, Village d'antiquaires, Catalogs, antiquaires, experts, WAAK SPÉCIALITÉS ART ARTS ANTIQUITÉS MÉTIERS D'ART, Art Antiquités, Art

Showroom, Showrooms, pro, internet, art antiquités, arts antiquités, réseau waak world, waak world network, réseau waak, rencontre des Arts et des Antiquités avec Showroom internet, galerie marchande, shopping gallery, marché art antiquités, art arts,
Spécialités, specialties, specialites des arts et antiquités, of arts and antiques, in france and in the world, avec Showroom Pro, pour Showroom internet du Réseau Waak World, avec sa galeire marchande, shopping gallery of Arts and  Antiques, art arts,

Valeur des choses.com

 

LA VALEUR DES MYTHES
Quand les prix montent malgré la crise


   


Le sculpteur Paul TROUBETSKOY,
un peu oublié aujourd'hui, serait
surpris d'apprendre que le souvenir
de son modèle serait perpétué par
sa fin tragitque
.
(hauteur de la statuette : 36,5cm)

Certaines enchères récentes paraissent élevées par ces temps de crise, quand elles dépassent largement les estimations des experts. C’est ainsi par exemple qu’une statuette en bronze signée de Paul Troubetskoy (1866-1938) estimée 2500/3000 € est montée à 34 000 € à la vente de Me
Thierry de Maigret à l’Hôtel Drouot. Ce résultat ne doit rien à la date de la vente –le premier avril - mais cet écart de dix fois l’estimation s’explique par l’intérêt particulier du sujet. Ce petit bronze représente la danseuse dénudée Isadora Duncan, la chorégraphe américaine qui a ouvert la voie à la danse moderne.
Pour les initiés, son souvenir s’est surtout perpétué par les circonstances de sa mort tragique à Nice en 1927. La célèbre danseuse se trouvait à bord d’une Bugatti décapotable quand, à grande vitesse, sa longue écharpe de soie s’est prise dans les rayons d’une roue. Mort instantanée par strangulation ! Cette fin spectaculaire a contribué à entretenir le mythe d’Isadora Duncan ….et à faire monter les enchères.

Les voiture de collections portent souvent des marques mythiques qui symbolisent leur époque et font encore rêver bien des enchérisseurs. C’est le cas de ces voitures d’une élégance raffinée, à bouchon de radiateur en forme de cigogne, qui distinguent les Hispano-Suiza. Un faux cabriolet de 1935 de type K6 dont ne connaît que 78 modèles au monde s’est vendu 237 000 €, le 5 avril dernier, sous le marteau de Me Osenat. Dans la foulée, un prototype de 1924 porteur de la
prestigieuse cigogne s’est envolé à 120 000 €

Autre exemple de nom chargé d’un rayonnement mythique et qui secoue toujours les enchères : Eileen Gray (1879-1976). Fixée à Paris au début du siècle dernier, elle fait une brillante carrière de
décoratrice encouragée pat l’architecte Le Corbusier. Considérée bientôt comme « la reine de l’Art-Déco » , elle crée de nombreux modèles originaux de meubles, objets et luminaires. A la vente Camard du 6 avril dernier à Drouot, deux suspensions en bois laqué portant la griffe d’Eileen Gray ont été adjugés 249 000 et 200 000 €, au double de l’estimation.
Toujours grâce à cette valeur mythique liée à une marque, un nom, une estampille et qui confère aux œuvres en question, au delà des qualités esthétiques, une plus value que savent apprécier les connaisseurs.